Du code Morse à la DRM …..

On me demande souvent quel intérêt je peux bien trouver dans le loisir radioamateur à l’époque ou un simple téléphone mobile permet de communiquer par le texte, la voix, l’image, l’internet à travers le monde entier sans aucun réglage ni connaissance technique requise …..
C’est peut-être tout simplement trop facile ? 😉

La téléphonie/internet net et la radio ne sont pas des moyens antinomyques, il se complètent plutôt !  Le premier nous donne un rôle de consommateur passif satisfaisant son besoin d’immédiateté, la radio celui d’acteur-découvreur qui prend le temps de la connaissance, du mystère, du hasard, du plaisir ….

Le mystère de la propagation des ondes au sens où c’est encore une science inexacte, mais aussi le hasard qui fait se rencontrer des gens qui partagent la même passion au même moment à travers le monde entier, le plaisir de communiquer de nos jours avec des moyens qui peuvent paraître désuets mais qui n’ont cependant pas cessé d’évoluer depuis des décennies ….

http://www.f4glj.org/Videos/RA_FR3.flv

Ce qu’il y a de fabuleux dans le monde de la radio, c’est la largeur du champ d’exploration. S’intéresser, se passionner, se spécialiser ….
Il faut en effet en permanence garder l’esprit curieux dans de très nombreux domaines, il faut expérimenter pour se faire son propre avis, il faut imaginer et  faire travailler ses neurones ! Mais même en appliquant ces principes, on ne peut pas être spécialiste en tout tellement  ce secteur d’activité de loisir est immense pour un amateur.

Contacter un autre  radioamateur n’est en fait qu’une finalité qui nous aura donc d’abord fait passer par les étapes du savoir, de la découverte, de la compréhension, de la fabrication et enfin de l’exploitation d’un mode de transmission.

Et des modes de transmission, ils en existent de plus en plus  !
Le plus commun, c’est le transport de la voix bien entendu ( si je peux dire 😉  )  mais c’est aussi le code morse tel que l’ont pratiqué nos anciens pendant la guerre ou les opérateurs du Titanic pour lancer leur SOS il y a 100 ans.  De nos jours, ce sont les modes dit numériques qui sont en vogue, de plus en plus nombreux et performants car nécessitant moins de puissance et moins d’espace dans le spectre radio-électrique avec une fiabilité accrue de la transmission ….

Après la phonie, je pratique depuis quelques mois la transmission en morse et c’est un mode attachant, presque émouvant si on se réfère à tout ce qu’il a pu transmettre par le passé …Image de prévisualisation YouTube
C’est un language qu’il faut apprendre et assimiler et qui transforme chaque lettre, chaque chiffre en un nombre de points ou de traits qui font que le bip entendu à la radio deviendra un signal plus ou moins long. C’est une gymnastique à acquérir qui fait que bien vite on ne décode plus chaque lettre mais des ensembles qui composent les mots voire les phrases ….

Aujourd’hui, je découvre le mode  DRM ( Digital Radio Mondiale ) appliqué au radio-amateurisme (HamDRM).
Jusque là les radioamateurs transmettaient des images analogiques (SSTV = SLOW SCAN TV = Télévision à balayage lent) mais la qualité de l’image reçue était très impactée par les parasites, la propagation, la puissance ….
La DRM est un procédé de transmission  très proche de celui qui permet la transmission de la TNT ( télévision numérique terrestre), avec une fiabilité remarquable. Initialement la DRM a été conçue pour transmettre de la voix et de la musique et en même temps, sur des canaux dits « de service » des commentaires écrits ou des images. C’est sur cette dernière possibilité qu’a été basée la transmission de fichiers et d’images de l’HamDRM avec la limite liée aux bandes passantes réduites des matériels radioamateurs ( 300 à 3000HZ ) ainsi qu’a leurs diverses bandes de fréquences.

Vous pouvez visualiser la qualité des images DRM reçues à la station F4GLJ  : ICI

A comparer avec les images SSTV reçues avec les même moyens F4GLJ : ICI

( Ces pages sont mises à jour en temps réel quand j’active l’un de ces modes )


Dernieres stations reçues


Pour info: depuis que ces pages sont en ligne, j’ai vu augmenter très nettement le nombre de visites sur ce blog !. Le fait de rendre disponibles les images reçues en temps réel à la station permet aux radioamateurs transmettant en DRM de vérifier la qualité de leur émission ;-).

Un peu de technique ? : L’« HamDRM » permet de transmettre des fichiers de données en utilisant de 29 à 57 porteuses audio simultanées entre 350 et 2750 HZ. Elles sont modulées en phase et amplitude, ce que résume le sigle COFDM (coded orthogonal frequency division multiplex).

La correction des erreurs est très élevée grâce :
-au décalage dans le temps des flux de transmission (400ms ou 2s),
-à la redondance des porteuses audio (une altération de la bande passante audio a peu d’influence),
-à une bonne immunité aux parasites ou perturbations brèves (1 seconde est sans effet),
-aux corrections « Reed Salomon » qui permettent de réparer les fichiers reçus avec des erreurs.

Ces fichiers peuvent transmettre des sons, des données (Word, Excel, Pdf …), ou des images fixes compressées. Avec un débit élevé 0,12 à 0,78 Ko/s : une image ou fichier de 20Ko demande environ 2 minutes de transmission.

Dernier point, la législation reste à préciser quant à l’utilisation de l’HamDRM en France. Une demande officielle a été déposée auprès de l’ARCEP pour libéraliser ce mode qui devrait porter le nom barbare de D7W  (??)

 

Ce contenu a été publié dans Général, Technique Radio. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *